Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Connaissez-vous Eugene Bullard ?

28 Décembre 2014, 15:20pm

Publié par Fabien Besnard

Peut-être devrais-je inaugurer une catégorie "destins hors du commun" sur ce blog, puisque après avoir évoqué Marie-Angélique il y a quelques mois, je vais vous parler d'Eugene Bullard.

Bullard est né en 1895 en Géorgie. Son père, un ancien esclave d'origine martiniquaise, lui ayant mis dans la tête qu'en France on était jugé sur son mérite et pas sur sa couleur de peau, il quitte très jeune sa famille avec la ferme intention d'aller juger sur pièce. Il arrivera en France en 1913 pour disputer un match de boxe (entre temps il est passé par l'Angleterre où il a fait du music-hall, je suis obligé de résumer tant sa vie est rocambolesque). Il décide de s'installer à Paris. En octobre 14 il s'engage dans la Légion Étrangère. Il combat en Champagne, dans la Somme, puis à Verdun où il est grièvement blessé en mars 1916. Il est cité pour bravoure et reçoit la croix de guerre, mais il ne peut plus combattre dans l'infanterie. Il décide alors d'apprendre à piloter et de continuer le combat en tant qu'aviateur ! Il participera à une vingtaine de missions pour l'armée de l'air française, au cours desquelles il aurait abattu deux avions ennemis. Lors de l'entrée en guerre des USA, l'United States Army Air Service refuse de l'incorporer en raison de sa couleur de peau.

Après la guerre Bullard devient une figure de la scène jazz parisienne. Il tient un cabaret à succès : Le grand duc, à l'angle des rues PIgalle et Fontaine. Il fait notamment la connaissance de Joséphine Baker, qui sera la marraine d'un de ses enfants, et de Louis Armstrong, qui lui fournira du travail après la seconde guerre mondiale. Il se marie en 1923 avec Marcelle Straumann, une alsacienne, dont il aura un garçon (mort en bas-âge) et deux filles. Le mariage se termine par un divorce en 1935, Marcelle ayant quitté le domicile familiale. Eugene élève donc seul ses deux filles dont il a obtenu la garde.

Début 1939, Bullard, qui parle allemand, est recruté par le 2e bureau pour fournir des renseignements sur les allemands qui fréquentent son bar. Quand la guerre éclate, Bullard s'engage à nouveau. Il est grièvement blessé en défendant Orléans. Ses filles et lui sont exfiltrés vers les États-Unis, où il mènera une vie humble jusqu'à sa mort en 1961. Dernier rebondissement de son destin déjà bien rempli : en 1949 il est sévèrement tabassé par deux policiers lors des émeutes de Peekskill, provoquées par des manifestants d'extrême-droite. Ce passage à tabac est d'ailleurs visible dans le documentaire oscarisé de 1979 Paul Robeson - Tribute to an Artist, narré par Sidney Poitier.

Un tel destin laisse sans voix et on se dit que Bullard est un héros injustement oublié. Mais ce ne serait pas exact : il est certes peu connu - je n'ai moi-même appris son existence qu'à la faveur d'une errance que seul internet et le désœuvrement permettent - mais ne fut pas oublié. Tout d'abord il a reçu 15 décorations, dont la médaille militaire et la légion d'honneur. Cette dernière lui a été remise par de Gaulle en 1959. Il a été invité par le gouvernement français à ranimer la flamme du soldat inconnu en 54. Enfin plusieurs livres, documentaires et sites internet lui ont été consacrés. Voici une petite sélection.

D'abord sa page wikipedia, puisque je m'en suis largement inspiré.

Un extrait de l'ouvrage "Paris noir, african american in the city of light", de Tyler Stovall, qui semble faire autorité sur la communauté noire américaine du Paris de l'entre-deux-guerres.

Un documentaire de Claude Ribbe, tiré d'un livre du même auteur.

Un autre livre, d'un historien américain.

Une courte vidéo, de la série "frères d'armes".

Connaissez-vous Eugene Bullard ?

Commenter cet article