Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poisson d'avril ?

30 Mars 2006, 17:27pm

Publié par Fabien Besnard

Sur son blog, David Corfield signale un article récent de Oliveira et Rodrigues. Ces deux messieurs sont partis en croisade contre les papiers absurdes ou simplement grossièrement faux qui ont de plus en plus souvent tendance à apparaître dans les archives ou même dans les revues à comité de lecture, problème dont l'affaire Bogdanoff fut à bien des égards un révélateur. Parmi les derniers articles épinglés on trouve celui de Jack Sarfatti, également discuté ici, et donc celui de L. A. V. Carvalho, intitulé "On some contradictory computation in multi-dimensional analysis", publié dans Nonlinear Analysis. Cet article prétend prouver les choses suivantes : "les mathématiques multi-variables sont contradictoires avec l'arithmétique", "une rotation d'angle qui n'est pas un multiple entier de pi/2 est contradictoire avec l'arithmétique", "la théorie des nombres complexes est contradictoire", et enfin "les transformations de Lorentz sont contradictoires, sauf si la vitesse est nulle". Outre les curiosités de langage comme "mathématiques multi-variables, ce papier proclame finalement, et en toute modestie, que les mathématiques et la physique post-newtonienne, soit une partie substantielle de tout le savoir humain, sont absurdes. Il s'avère que ces nouvelles fantastiques sont le fruit d'une erreur grotesque que je laisse au lecteur le plaisir de découvrir (il suffira pour cela au lecteur, pour la partie mathématique, de connaître le théorème des fonctions implicites, et pour la partie physique d'une connaissance basique des transformations de Lorentz).

Il y a évidemment de quoi rire et croire à un poisson d'avril puisque la date approche. Il ne semble pourtant pas que ce soit le cas, ou alors celui-ci est préparé de longue date  (l'article est paru en 2005). Quoi qu'il en soit une chose est certaine, l'article est paru dans une revue sérieuse, et en belle et nombreuse compagnie puisque le numéro en question de Nonlinear Analysis est consacré aux actes du 4e congrès mondial des analystes non-linéaires. En fait on tient là un début d'explication. Pour ce genre d'événement de nombreux chercheurs, en particulier des jeunes, soumettent leur papier en espérant avoir l'honneur d'une présentation orale de quelques minutes, ou plus modestement d'un poster affiché dans le hall. Les organisateurs, débordés de demandes, n'ont pas le temps nécessaire pour vérifier la solidité de tous ces articles. Le papier de L.A.V. Carvalho semble prouver qu'ils n'ont même pas le temps de les lire en diagonale. Il est cependant étonnant que l'article ait été publié par la suite avec les autres, compte tenu de l'énormité de ce qu'il affirme et qui n'est même pas caché derrière un jargon impénétrable. Cela pourrait signaler, comme j'en suis d'ailleurs persuadé, qu'il ne s'agit donc que de la partie émergée de l'iceberg...

L'entreprise de Rodrigues et de ses collaborateurs doit être saluée, car non seulement elle est nécessaire mais elle est courageuse. Il y a en effet beaucoup à perdre pour un scientifique à s'engager dans une polémique publique contre la pseudo-science, le charlatanisme ou la simple pipeaulogie. Il est évident que l'on y perd d'abord du temps et cela suffit à dissuader beaucoup de scientifiques. Rodrigues, tout comme en France Henri Broch, fondateur du laboratoire de zététique de l'université de Nice, ont un autre point de vue : démasquer les impostures des pseudo-scientifiques est avant tout un bon exercice, très formateur pour les étudiants car il leur permet d'appliquer leurs connaissances tout en développant chez eux la véritable démarche scientifique. Mais outre du temps, à ce jeu là on risque aussi sa réputation... En effet, de nombreux scientifiques considèrent ce type de sujet comme sale, et regardent ceux qui se mêlent de pseudo-science, même pour la démasquer, comme frappés d'indignité. J'ai eu moi-même l'occasion de constater ce phénomène pour le petit rôle que j'ai joué dans l'affaire Bogdanoff. Deux collègues, que je ne connaissais pourtant pas personnellement, m'ont contacté pour, en gros, m'expliquer que je n'avais rien à gagner à remuer la boue. Pour l'un il s'agissait d'une mise en garde en forme de conseil d'ami, il a d'ailleurs fini par m'encourager à continuer, pour l'autre le ton était plus menaçant. J'avoue avoir beaucoup de mal à comprendre ce type de comportement. Le fait est que relativement peu de scientifiques se risquent sur ce terrain, alors profitons-en pour saluer ceux qui n'hésitent pas à le faire.

Voir les commentaires

Article de Domenico Giulini

28 Mars 2006, 18:00pm

Publié par Fabien Besnard

Je signale à l'attention de mes lecteurs cet article fort intéressant de Domenico Giulini. Il distingue de façon très claire la covariance générale (i.e par difféomorphisme) et "l'indépendance de fond" (background independence), deux notions qui sont souvent confondues. Dans sa recherche d'une théorie relativiste de la gravitation, qui le conduisit à la relativité générale, Einstein a posé comme guide le principe de covariance générale. Pourtant toute théorie peut se réécrire de façon généralement covariante, ainsi qu'Elie Cartan l'a fait pour la théorie de la gravitation Newtonienne. Demander qu'une théorie soit généralement covariante est donc une exigence triviale ! La grande innovation, et la grande originalité, de la relativité générale est donc plutôt l'indépendance de fond. Par ailleurs, Giulini revient dans son article sur un argument qui permit à Einstein de réfuter une théorie scalaire de la gravitation due à von Laue. Giulini montre que l'argument d'Einstein n'est pas valide (la théorie de von Laue fait cependant d'autres prédictions expérimentalement réfutées, notamment sur l'avance du périhélie de Mercure). Il semble donc que ce soit bien la recherche de beauté et de simplicité qui ait été le meilleur guide d'Einstein dans la recherche d'une théorie relativiste de la gravitation, et non des arguments de physico-mathématiques d'une parfaite rigueur.

Voir les commentaires

Laïcité et Islam

13 Mars 2006, 19:42pm

Publié par Fabien Besnard

En ces temps de politiquement correct où il est de bon ton de se demander à chaque instant si par hasard on ne heurterait pas la croyance d'un dévot quelconque, mais où les laïques, les athées et les agnostiques semblent avoir disparu de la scène (ils sont pourtant toujours plus nombreux), le numéro 461 de Marianne m'a fait l'effet d'une bouffée d'air frais. On y trouve notamment un rappel bienvenu du combat que mènent les libres penseurs en terre d'Islam, parfois au péril de leur vie. Voici quelques noms et quelques liens en vrac pour la plupart repris de l'article de Marianne :

Taslima Nasreen, et Salman Rushdie,

Nabil El-Fayadh : Chercheur et écrivain syrien. Il a rédigé des centaines d’articles et il est l’auteur de plusieurs ouvrages interdits en Syrie et dans la plupart des pays arabes. Il a été arrêté par les services de renseignements le 30 octobre 2004 à Damas. Comme lors des précédentes interpellations, l’incarcération fait suite aux plaintes déposées par l’un des « savants » en religion les plus intégristes, Mohamed Saïd Ramadan el-Bouti, de l’université de la Charia de Damas. Il a par ailleurs été menacé de mort à plusieurs reprises par le cheikh wahhabite Khatib Khodra,

Mohamed el-Harbi : Enseignant saoudien. Vient d’être condamné à 750 coups de fouet, trois ans et quatre mois de prison pour « atteinte à l’intégrité de l’islam ». 

Mohamed el-Souheimi : Enseignant saoudien. Condamné à 300 coups de fouet, trois ans de prison et interdiction d’exercer pour apostasie.

Ahmed el-Baghdadi : Enseignant koweïtien. Accusé de « dévalorisation de la religion », il a été arrêté à plusieurs reprises.

Nasr Abou Zeid : Ce brillant essayiste égyptien, auteur d’une célèbre Critique du discours religieux (traduit en France chez Actes Sud) a dû s’exiler, accusé d’apostasie par les islamistes qui exigeaient de sa femme qu’elle divorce.

Sadik Jellal el-Adham : Ecrivain libanais, violemment attaqué pour son livre intitulé Critique de l’esprit religieux.  

Farag Foda : Journaliste et écrivain égyptien. Assassiné en juin 1992 après avoir publié La Vérité absente qui critiquait l’islam et l’islamisme. Le cheikh de la mosquée d’Al-Azhar, au Caire, l’avait dénoncé quelques jours auparavant comme « apostat ». 

Abdallah et-Kouseimi : Ce saoudien a d’abord été un ouléma classique avant d’entamer sa révolution personnelle. Devenu athée, il a vécu toute sa vie dans la clandestinité, mais a réussi à financer un réseau athée. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il est mort en 2002. Son fils a repris le flambeau de la libre croyance, au Liban cette fois.  
 
Turan Dursun : Ancien Mufti turc devenu athée. Assassiné par des islamistes.  

Et pendant ce temps là... la laïcité et la défense des droit des femmes pèsent peu en face de contrats juteux. Le mot honte me semble faible.

On peut également consulter le livre Leaving Islam. Apostates Speaks Out. 

ainsi que les sites suivants :
http://www.islama.com/  
http://www.atheturk.com  
http://www.ladeeni.net  
http://www.assoaime.net  

et sur la libre pensée et l'athéïsme en général :

http://librepenseefrance.ouvaton.org/

http://atheisme.internation.free.fr/index.php

http://www.atheisme.com/

Voir enfin http://www.the-brights.net/ et http://www.union-rationaliste.org/


 

 

 

Voir les commentaires

Séminaires du Perimeter Institute

1 Mars 2006, 18:16pm

Publié par Fabien Besnard

Vous aurez remarqué, cher lecteur assidu de mathéphysique, ma présente léthargie. J'en sors provisoirement pour recommander à ceux qui ne les connaîtraient pas encore les conférences et cours filmés du Perimeter Institute.

Le cours de Smolin sur la LQG (cliquez sur Introduction to Quantum Gravity) en particulier est très intéressant dans son approche "bottom-up", à mon avis plus pédagogique que la route habituelle, qui part de la formulation ADM de la Relativité Générale, puis introduit les nouvelles variables, etc... Bien sûr, Smolin devra probablement aborder ces sujets pour l'interprétation de la théorie, mais je n'ai pas encore visionné les dernières leçons.

Je conseille également la conférence de Penrose (Cliquez sur Grand Opening Gala). Que ceux qui n'ont jamais assisté à une conférence de Sir Roger jettent un coup d'oeil à ses transparents : c'est autre chose que powerpoint ! Evidemment tout le monde n'a pas son coup de crayon...

Pour ceux qui recherchent de la vulgarisation il y a également les Public Lecture Series. Je ne les ai pas vues mais c'est sûrement très bien étant donné la qualité des intervenants.

Voir les commentaires