Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Article sur l'édition scientifique

13 Août 2011, 20:52pm

Publié par Fabien Besnard

À lire sur le site d'Acrimed un article clair et synthétique de Jean Pérès sur ce qu'il faut bien appeler le scandale de l'édition scientifique.

 

Morceaux choisis :

 

"Dans l’ensemble, les prix des revues scientifiques STM [NdMathéphysique : sciences-techniques-médecine] ont augmenté entre 1986 et 2003 (17 ans) de 215% tandis que le prix des livres augmentait de 82% et l’indice des prix de 68%. Pendant les 12 années précédentes, de 1973 à 1985, l’augmentation fut de 711% pour les revues STM [...]"

 

"Or les gestionnaires de ces bibliothèques [Les bibliothèques universitaires, NdM] n’ont quasiment aucune marge de négociation avec les éditeurs car leurs usagers, les chercheurs, ne peuvent pas se passer des revues dont la lecture est indispensable à leur activité. Les éditeurs peuvent ainsi augmenter les prix sans risque de perdre des clients (c’est ce que l’on appelle une clientèle captive)."

 

"En dernière analyse, le « modèle économique » de la commercialisation des revues scientifiques repose sur un véritable pillage des fonds publics consacrés à la recherche. Les enseignants-chercheurs qui sont les producteurs de l’information scientifique, sont en général rémunérés par l’État ou une collectivité publique. Les bibliothèques qui souscrivent les abonnements aux revues scientifiques fonctionnent également, dans leur grande majorité, sur fonds publics. Ainsi les fonds publics reviennent deux fois aux éditeurs privés : une fois comme réduction de frais quand ils rémunèrent la production de recherche (salaires des chercheurs, infrastructures, laboratoires, etc.) et une deuxième fois quand ils financent la consommation (abonnements) de recherche par les bibliothèques."

 

On ne saurait mieux dire.

 

On peut lire aussi la suite de l'article, où l'auteur détaille les deux types de ripostes de la communauté scientifique contre cet oligopole : "l'open  access" et les archives en lignes. Si ces dernières sont aujourd'hui très développées, je suis moins optimiste que l'auteur sur leur capacité à inquiéter les éditeurs scientifiques : tant que l'évaluation des chercheurs reposera  essentiellement sur la quantité d'articles publiés dans des journaux "prestigieux", qui leur appartiennent pour la plupart, ils demeureront incontournables. Seul un fort développement de l'open access, ou une hypothétique modification des critères d'évaluation seraient de nature à modifier les choses.

 

 

Commenter cet article

Fabien Besnard 08/02/2013 11:57


Merci beaucoup Philippe pour ce lien. Vous serez peut-être intéressé aussi par le billet sur le projet épiscience.

Philippe 29/01/2013 01:54


Une vidéo en lien avec les archives ouvertes, qui date de 2011 : http://savoirsenmultimedia.ens.fr/expose.php?id=433 où l'on traite de l'évolution linéaire du nombre de publications, d'un nouveau
mode de financement de plus en plus adopté, d'un éventuel "changement de phase" quand le marché universitaire américain se mettra à l'open access etc. Sinon, pour ma précédente question, je
parlais de la concurrence de l'open-access vis-à-vis des revues payantes. J'ai eu ma réponse dans la vidéo.

Fabien Besnard 26/10/2012 18:50


Bonjour Philippe,


je ne vois pas pourquoi l'open access ferait de la concurrence aux archives libres. L'intérêt de déposer dans les archives est de mettre à la disposition de la communauté des articles avant que
tout le processus de peer-reviewing ait été accompli. En fait, le problème de l'open access, c'est le parasitage par des journaux bidons où les auteurs doivent payer pour publier (et être
sûrs de l'être, voir l'article http://math-et-physique.over-blog.com/article-un-article-genere-automatiquement-accepte-dans-une-revue-111473352.html).


Enfin, je ne pense pas qu'il y ait plus d'articles bidons ou faux sur arxiv qu'ailleurs, j'aurais plutôt tendance à me méfier de ceux qui ne sont pas sur arxiv, car ils sont
moins lus que les autres et on peut se demander si l'auteur n'a pas quelque chose à cacher.


 

Philippe 26/10/2012 15:13


Bonjour,


si les offres en open access et les archives ouvertes ne concurrenceront pas celles des revues payantes dans le futur, pourra-t-on continuer a consulter les cours, theses et autres articles
gratuitement sur des sites comme HAL ou arXiv ? (je veux dire par la : ne vont-ils pas creer des contrats d exclusivite avec des etablissements de recherche, moyennant comprensation financiere,
publicite ou autre, pour interdire la diffusion des recherches sur les supports gratuits ?)


Je profite de l occasion pour vous demander quel degre de confiance on peut accorder a ces documents (sur supports gratuits) sachant qu il "suffit" de s identifier comme chercheur dans un
laboratoire pour uploader son document (ou etre parraine). L offre payante aura-t-elle toujours l avantage d etre "sure" ?