Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Ce qui reste de) l'instruction publique en danger de mort !

14 Décembre 2009, 13:32pm

Publié par Fabien Besnard

Très occupé ces derniers temps, j'avoue que je n'avais pas eu l'occasion de me plonger dans les détails du dernier projet de réforme en date du Lycée. Comme tout le monde, j'avais entendu parler de la suppression de l'histoire-géo en Terminale S. Je suspectais que ce n'était que la partie émergée de l'iceberg. Peut-être une tentative du ministère pour diviser pour mieux régner, voire un chiffon rouge que l'on cesserait d'agiter le moment venu pour mieux faire passer le reste. Comme je voudrais m'être trompé !

Ce que j'ai découvert aujourd'hui de cette "réforme" (le mot destruction conviendrait mieux) m'a proprement effaré. C'est le coup de grâce infligé au "grand corps malade".

Voici quelques exemples. Pour la classe de seconde :

Français -1/2 h
Histoire-Géo -1/2 h
Physique-Chimie -1/2 h
SVT -1/2 h
enseignements "d'exploration" -1h30

Aucune matière ne voit son horaire progresser.

En 1ere S

maths -1 h !
PC -1h30 !!!
SVT -1h !

En TS

maths +1/2 h
PC stable
SVT stable

Vous pouvez consulter les horaires actuels et futurs sur les sites officiels pour vérifier mes dires :

horaires actuels de la
classe de seconde, du cycle terminal en série S
présentation de la réforme sur le site du ministère voir p 12, 16 et 19.

D'aucuns ont calculé que ça faisait -200 h d'enseignement scientifique pour les futurs bacheliers S au bout de 3 ans de Lycée.

Je ne sais pas vous, mais moi ça me donne envie de pleurer... ou de me battre !

Plus que jamais, c'est le moment de faire taire ses différences et de lutter. Tous les syndicats sont opposés à cette réforme, à l'exception du SGEN-CFDT.

Voici quelques liens utiles.

SNES
SNALC
Brighelli
Polony

Commenter cet article

Galilée 20/12/2009 17:29


http://hermannleblog.wordpress.com/2009/12/16/lauteur-de-lecole-et-son-double-reagit-dans-le-figaro-a-la-reforme-de-lenseignement-de-lhistoire-geographie/


Fabien Besnard 20/12/2009 10:07



Sissa, d'après ce que je comprends du document que j'ai mis en lien (un bel exemple de propagande, d'ailleurs : on y insiste sans rire sur la 1/2 heure supplémentaire de maths en TS "qui renforce
la dimension scientifique de cette filière"), l'option maths de 1ere ES est supprimée, et il existe 1h30 d'option "mathématiques appliquées" en Terminale ES (qu'est-ce qu'on peut faire en 1h30 ?
Les 2h d'option du schéma actuel ressemblaient déjà pas mal à du saupoudrage...). Donc on passerait de 2h/2h actuellement pour un élève de 1ere ES/T ES choisissant l'option maths à 0/1h 30 pour
un futur élève de ES choisissant maths appli.
Vous avez entièrement raison : la série S n'a jamais été aussi généraliste, et elle va le devenir encore plus ! Je crois que le but (à peine caché, c'était bien le sens du discours
de not'président) c'est d'arriver à terme à une seule filière : le lycée unique après le collège unique. Avec du saupoudrage d'option pour faire semblant de "personnaliser" : ça c'est vendeur.



sissa 19/12/2009 19:15


Je trouve cela tellement affligeant. On veut, dit-on, mettre fin à l'hégémonie de la S, mais dans les faits, on fait définitivement le contraire. En supprimant l'option mathématique de la série ES,
on ferme la possibilité aux étudiants de cette série d'accéder aux classes prépa, en diminuant l'enseignement scientifique en S, on en fait encore plus une section "généraliste" au lieu de la
rendre scientifique.
C'est désespérant.


Benjamin Bradu 14/12/2009 21:25


Eh bien moi aussi ça me donne envie de pleurer (et de me battre en essayant de donner goût aux sciences aux plus jeunes à
mon niveau).

Pour répondre à toufou :
a) "combien d'heures d'enseignement sont perdues lorsque les enseignants sont épuisés à faire de la discipline" : Je ne vois pas le rapport, ce n'est pas en réduisant les heures de cours qu'il va y
avoir plus de discipline dans les classes !

b) "Combien d'heures d'enseignement sont perdues lorsque les lycéens s'endorment sur leur table à cause de la surcharge d'heures journalière;" Je ne suis pas sûr que le discours selon lequel les
pauvres lycéens ont trop d'heures de cours soit très justifiable, surtout en seconde et en première où la charge de travail est faible! Etant encore relativement proche de mon époque lycée je peux
dire que je me suis déjà endormi sur ma table mais la cause n'était vraiment pas la surcharge de travail mais plutôt la surcharge d'amusement...

c) "combien d'heures d'enseignement sont perdues lorsqu'un lycéen décroche par désintérêt pour une matière qu'il subit plus qu'il ne choisit." A mon avis, il n'y a pas de matière inutile au lycée
qui se veut être généraliste en France. Je trouve cela tout simplement normal que des étudiants scientifiques fassent du français et de la philosophie car dans les études supérieures, il n'y en a
plus (ou très très peu) alors que le travail du scientifique passe par sa capacité d'expression (acquise en cours de français) et de réflexion (acquise dans de nombreux cours comme en philosophie
ou en hist-géo). De plus, même si un cours aura donné un plus à quelques élèves seulement, c'est mieux que rien et ca ne justifie en rien le droit de former des "scientifiques" ne sachant pas faire
un raisonnement et ne sachant pas manier décemment leur propre langue !!



toufou 14/12/2009 16:59


Sincèrement il faut arrêter de s'alarmer comme ça. Le problème n'est pas quantitatif mais qualitatif. Il faut se poser les questions suivantes :

- combien d'heures d'enseignement sont perdues lorsque les enseignants sont épuisés à faire de la discipline;
- combien d'heures d'enseignement sont perdues lorsque les lycéens s'endorment sur leur table à cause de la surcharge d'heures journalière;
-combien d'heures d'enseignement sont perdues lorsqu'un lycéen décroche par désintérêt pour une matière qu'il subit plus qu'il ne choisit.

La réforme proposée va dans le bon sens :

-responsabilisation de l'élève face à son parcours et don moins de cours subi;
-allègement des emplois du temps pour se recentrer sur les objectifs de l'élève et donc moins de fatigue et plus d'efficacilté;
- souplesse dans le parcours qui permet de se retourner vers autre chose en cas de plantage : essentiel pour éviter les voies de garage et la confiance de l'élève face à son avenir.