Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pipeaulogie

Jean-Marc Lévy-Leblond : la mémoire de l'eau, un bouillon sans culture !

14 Octobre 2014, 21:55pm

Publié par Fabien Besnard

Je poste ci-dessous, avec l'aimable autorisation de l'auteur, un texte mordant de Jean-Marc Lévy-Leblond à propos de la "mémoire de l'eau", publié en 2003 dans son ouvrage "Impasciences". Bonne lecture. FB.

Un bouillon sans culture

Il y a de cela quelques années, la presse faisait grand tapage autour de la “mémoire de l’eau”, vite devenue l’“affaire Benveniste” du nom de son principal et flamboyant protagoniste. Ce réputé chercheur en immunologie avait cru pouvoir annoncer une découverte révolutionnaire qui aurait révolutionné la physique fondamentale. Il avait en tout cas réussi à déclencher quelque pagaille dans l’institution scientifique et une belle campagne de presse. Il serait dommage de laisser cet épisode sombrer dans l’oubli sans en tirer quelques conclusions que de plus récentes affaires (celles de la “fusion froide”, par exemple) n’ont fait que conforter.

 

Comment donc un groupe de chercheurs professionnels, appartenant à divers laboratoires et organismes scientifiques bon teint, peut-il en arriver à croire en la validité de résultats radicalement étrangers à l’ensemble des idées scientifiques contemporaines sur la base d’expériences méthodologiques aussi fragiles ? Entendons-nous bien : il arrive à tous les chercheurs de concevoir des théories révolutionnaires ou de réaliser des expériences extraordinaires — et plus souvent qu’il n’y parait (qu’il n’en parait...). Mais ces découvertes ne survivent guère en général aux vérifications et contrôles, souvent longs et ardus, qu’il est convenu de s’imposer en de telles occurrences. Ce n’est donc pas le caractère spécieux de leurs résultats qui singularise le travail de Benveniste et de ses collaborateurs, mais la déconcertante naïveté de leur confiance en la validité de ces résultats.

 

Comment imaginer, en effet, qu’un liquide physiquement aussi compliqué que l’eau, dont les propriétés les plus élémentaires sont encore si mal comprises (par exemple l’étrange variation de sa densité avec la température : que la glace flotte reste une énigme !) puisse révéler par l’entremise d’une expérience immunologique pour le moins indirecte une propriété physique fondamentale ? La plus banale réflexion épistémologique sur la nature des énoncés scientifiques et le statut de la preuve expérimentale — sans même parler des précautions méthodologique élémentaires ignorées — aurait dû retenir la plume des auteurs. Mais combien de chercheurs ont-ils lu Mach et Duhem, sans même parler de Popper et Lakatos ?

 

En tout cas, que l’eau ait ou non une mémoire, la science n’en a guère. Un minimum de connaissances historiques aurait servi de signal de danger en rappelant de douloureux précédents — en s’en tenant simplement aux problèmes de l’eau. Mais si le spectre de l’“eau polymérisée” a été évoqué ici ou là, qui connaît véritablement la riche et instructive histoire de cet épisode soviéto-américain, vieux d’à peine quarante ans1 ? Et plus rares encore sont ceux qui se souviennent de cas pourtant bien similaires à celui de Benveniste, comme les recherches menées jusqu’en 1972 par le physico-chimiste italien Giorgio Piccardi, directeur d’un “Centre des phénomènes fluctuants” à l’université de Florence2. Un soupçon de culture philosophique et littéraire enfin — mais les scientifiques aujourd’hui connaissent-ils seulement le nom de Bachelard ? —, aurait conduit l’équipe Benveniste à s’interroger sur la signification symbolique de la “mémoire” attribuée à un liquide aussi chargé de mythes. Imagine-t-on un seul instant d’ailleurs que ces travaux auraient eu le même impact médiatique s’ils avaient été intitulés « Effets de rémanence structurelle dans l’hydrure d’oxygène » ?

 

Les initiateurs de l’affaire n’ont évidemment pas l’exclusivité de ces manques. La plupart de leurs critiques dans la collectivité les partagent, comme l’a montré le caractère trop souvent à la fois épidermiques et ésotérique de leurs réactions, qui, à quelques exceptions près, ont eu bien du mal à toucher et convaincre les profanes, faute, précisément, de prendre en compte toute l’épaisseur culturelle d’un épisode à la fois moins important et plus profond qu’il n’y paraît. On peut voir dans cet épisode une manifestation extrême et pathologique de ce qu’il faut bien oser appeler la déqualification professionnelle des chercheurs. La spécialisation outrancière et l’inflation productiviste de la science contemporaine deviennent aujourd’hui contre-productives. La qualité moyenne de la recherche baisse en même temps que croît sa quantité. le nombre de publications ne garantit plus en rien la valeur d’un travail de recherche : publish and perish, telle est la menace. Le plus grave n’est d’ailleurs pas l’apparition visible des cas, encore rare, où la validité même des travaux scientifiques est sapée, mais l’accroissement insidieux de ceux dont la pertinence est pour le moins douteuse.

 

Redonner à la science la connaissance de son passé est désormais la condition d’un développement plus sain. Il semble malheureusement que les milieux scientifiques n’aient guère plus de mémoire que les milieux aqueux.

1 Felix Franks, Polywater (MIT Press, Cambridge 1982) ; voir aussi Marcel-Pierre Gingold, « L’eau dite anormale », Bull soc. Chim. France 5, 1629 (1973).

 

2 George B. Kauffman et Mihaly T.Beck, “Self Deception in Science: the Curious Case of Giorgio Piccardi”, Speculations in Science and Technology 10, 113 (1988). Citons la conclusion de ce remarquable travail : « L’aspect le plus énigmatique des publications sur les tests de Piccardi est que nombre de chercheurs aient expérimenté pendant des décennies en utilisant cette méthode absurde. Il semble que ces chercheurs (...) aient considéré un test chimique, parce que proposé par un professeur de chimie physique d’une prestigieuse université, comme fondé et n’aient pas résisté à la tentation d’utiliser une méthode aussi rudimentaire. Ce cas met en évidence le danger des recherches interdisciplinaires : s’il n’y a pas un minimum de recouvrement entre la compétence et l’expertise des individus coopérant, ils manque de tout sens critique réciproque ».

Voir les commentaires

La mémoire de l'eau à l'Unesco ?

5 Octobre 2014, 14:42pm

Publié par Fabien Besnard

J'ai appris récemment qu'allait se tenir prochainement (mercredi 8 octobre) à l'Unesco un colloque intitulé "La biologie à la lumière des théories physiques : nouvelles frontières en médecine", regroupant entre autres Luc Montagnier et Cédric Villani. (voir ici)

Pour ceux qui auraient manqué quelques épisodes, le professeur Montagnier, prix Nobel de médecine 2008, défend aujourd'hui la mémoire de l'eau dans la tradition benvenistienne. Il prétend également que des microbes jouent un rôle dans l'autisme. (Vous pouvez lire ça, si vous avez le coeur bien accroché.)

Parmi les autres participants on trouve G. Vitiello, co-auteur avec Montagnier de l'article "DNA waves and water", Marc Henry, un autre partisan de la mémoire de l'eau et Carlo Ventura, que je connais pas, mais dont la bio sur son site internet indique "He has also found that cells can produce acoustic vibrations and patented the ability of cells to express “vibrational” signatures of their health and differentiating potential (“Sonocytology”). These findings paved the way to the use of physical energy in stem cell Science", ce qui allume tous mes détecteurs à pipeau. D'ailleurs en tapant "Carlo Ventura & homeopathy" (à tout hasard...) j'ai trouvé ça.

Le dernier participant de ce colloque à sens unique est donc Cédric Villani, d'où la question : mais que diable va-t-il faire dans cette galère ? S'il y va dans l'espoir de susciter une discussion rationnelle c'est courageux de sa part. S'est-il laissé piégé ? Est-il favorable à ce qu'il faut bien appeler de la science pathologique ?

Si quelqu'un a la possibilité de se rendre à ce colloque et d'en faire ici la recension j'en serais très reconnaissant.

Mais ce colloque est-il encore programmé ? Il apparaît toujours sur le site de Montagnier, mais je ne parviens pas à le trouver sur le site de l'Unesco...

PS : cette lamentable affaire illustre peut-être un effet pervers des prestigieux prix scientifiques, Montagnier n'étant pas le premier à avoir disjoncté après en avoir reçu un : le récipiendaire peut dans certains cas se croire tellement génial qu'il est au-dessus des pratiques, et même de l'éthique, scientifiques habituelles. Et rappelons-nous que l'argument d'autorité, fusse-t-elle l'autorité d'un prix Nobel, n'existe pas en science. Mais bon, l'autorité de 44 prix nobel, ça commence à peser...

Voir les commentaires

30 secondes de célébrité

21 Février 2014, 18:58pm

Publié par Fabien Besnard

Une journaliste de M6 est venue me demander mon avis sur la crédibilité scientifique des frères Bogdanov (en un mot : nulle).

Bien que le reportage soit destiné à passer dans une émission qui n'est a priori pas ma tasse de thé ("must célébrité"), j'ai accepté de lui répondre car j'ai trouvé sa démarche sincère et honnête. Et puis il faut bien que quelqu'un s'y colle...

L'interview a duré une heure, mais elle m'a prévenu que ça avait été "très synthétisé". J'imagine donc qu'il en reste 30 secondes, mais si ça vous intéresse de voir ma bobine, ça doit passer demain à partir de 17h30.

Erratum : on vient de me prévenir que la diffusion était reportée au 1er mars. 

 

MAJ du 08/03 : la diffusion est à nouveau reportée à une date ultérieure. Je vous préviendrai dès que j'en saurai plus.

Voir les commentaires

Un article généré automatiquement accepté dans une revue

20 Octobre 2012, 16:14pm

Publié par Fabien Besnard

Bon d'accord, pas une bonne revue. Le genre de celles où il suffit de payer pour être plublié. Le résultat est quand même savoureux, voici le titre et l'abstract :

 

Independent, Negative, Canonically Turing Arrows of Equations and Problems in Applied Formal PDE

M. Rathke

 

Let  ρ=A. Is it possible to extend isomorphisms? We show that  D′  is stochastically orthogonal and trivially affine. In [10], the main result was the construction of  p -Cardano, compactly Erdős, Weyl functions. This could shed important light on a conjecture of Conway-d’Alembert

 

Pour tous les détails voir ici. Pour générer son propre article voir ici.

 

J'en profite pour rappeler l'existence de Snarxiv (dont j'ai parlé ici), et de ce générateur d'articles postmodernes, et enfin d'un générateur d'articles en informatique (dont un a donné lieu à un exposé de conférence ! voir ici)

 

Mais bien sûr les plus forts, c'est quand même toujours eux.

Voir les commentaires

Article sur Frank Tipler

6 Septembre 2009, 17:51pm

Publié par Fabien Besnard

Vous pouvez lire un article de votre serviteur sur le site de l'AFIS, intitulé "Quand un physicien veut réconcilier science et religion"/

Voir les commentaires

Papam et circenses

13 Septembre 2008, 11:28am

Publié par Fabien Besnard

Réunir 50 000 catholiques dans la capitale de la fille aînée de l'Eglise, est-ce vraiment un tour de force ? Certes, il n'en faut pas plus pour que les télépropagandistes, euh... je veux dire les journalistes, décrètent qu'il s'agit d'un grand succès. Tous ces jeunes venus en masse pour voir le pape, n'est-ce pas un signe indubitable d'un retour en force du religieux ? En fait, rien ne saurait être plus éloigné de la vérité. Les églises sont vides, les baptêmes en chute libre, et tous les sondages montrent que les croyances religieuses reculent régulièrement en France (Voir ici, ou , ou encore , pour diversifier les sources.) en particulier chez les jeunes. Il est également important de garder à l'esprit que parmi les 60 et quelques pour cent de français qui se déclarent catholiques, seule une infime partie affirme croire à la vie après la mort, la résurrection de Jésus, la virginité de Marie, bref, tout ce qu'un catholique est censé croire si les définitions ont un sens. Il est même assez piquant de constater qu'une bonne partie d'entre eux ne croit même pas en Dieu ! En se disant catholiques, ces personnes affirment simplement une appartenance de type communautaire, ou culturelle, comme on voudra.

Pour assurer la paix civile à Rome, il fallait du pain et des jeux. Le pain se faisant de plus en plus cher ces temps-ci, on comprend la tentation pour le pouvoir de recourir à la religion pour seconder la télévision dans son rôle de contrôle social et d'abrutissement des foules. Dans cette atmosphère de Restauration, le gagnant de la dernière loterie électorale pense pouvoir revenir en toute impunité sur la laïcité, et déterrer la hache d'une guerre qui s'était terminée sur un traité de paix. Dans l'éventualité d'un nouveau conflit, faisons un petit inventaire des forces en présence.

D'un côté on a des minorités agissantes : catholiques intégristes, musulmans fondamentalistes, juifs identitaires, escrocs scientologues, new born christians etc... Ce sont des troupes déterminées mais divisées : si elles peuvent se réunir pour taper sur les laïcs et les athées, elles ne perdront pas une occasion de se tirer dans le dos. Dans l'autre camp, on s'est beaucoup amolli ces temps derniers. L'anticléricalisme est une tradition qui se perd :  il n'y a plus guère que quelques vieux militants de la Libre Pensée pour râler contre le statut dérogatoire de l'Alsace-Moselle, et il faut voir les regards qu'on me jette quand je refuse d'entrer dans une église cautionner l'OPA du clergé sur la mort et les grandes occasions de la vie. Pire, les atermoiements d'une certaine gauche devant la montée de l'islam politique a laissé le champ libre à une droite laïque sélectivement et par intermittence. Mais si le parti calotin envisage de déclencher les hostilités dans l'espoir d'une victoire facile, je crois qu'il se trompe, car en cas de mobilisation générale, le camp laïc peut compter sur le renfort de l'immense troupe des agnostiques, des athées, du sage parti des j'm'en foutistes, des vaguement déistes, des nombreux croyants qui n'éprouvent pas le besoin d'investir la place publique pour vivre leur foi, et enfin de ceux, toujours plus nombreux, qui aimeraient qu'on cesse de détricoter tout ce qui marche bien dans ce pays et qu'on s'occupe enfin des vrais problèmes.

Voir les commentaires

Reportage sur Monsanto

14 Mars 2008, 18:41pm

Publié par Fabien Besnard

La presse, la radio, les journaux télés, ne tarissent pas d'éloges sur le reportage de Marie-Monique Robin 'Le Monde selon Monsanto' récemment diffusé sur Arte. Je l'ai moi aussi regardé, avec un a priori positif puisqu'on m'en avait dit du bien. Or, si le film m'a semblé convaincant par moment, notamment sur la collusion entre Monsanto et la FDA, qui si elle est avérée, est proprement scandaleuse, d'autres points m'ont vraiment gêné. Par exemple, le fait de considérer comme un argument digne d'être exposé le nombre élevé de réponses de google qu'on on y tape "Monsanto+fraude", ou quelque chose dans ce goût là ! Le fait également que le reportage soit totalement à charge, et que certaines questions qui viennent immédiatement à l'esprit soient passées sous le tapis, par exemple : si les semences de Monsanto provoquent la faillite des paysans, pourquoi ces derniers les achèteraient-ils ? N'y a-t-il pas d'autre fournisseur ? Certains intervenants ne m'ont pas paru très crédibles, comme cette indienne qui affichait son hostilité à tout progrès en agronomie, en même temps que sa ferveur religieuse comme le nez au milieu de la figure... Enfin aucune preuve n'a été fournie que les variétés monstrueuses de maïs trouvées au Mexique aient un rapport avec la contamination par les OGM. La séquence où un militant anti-OGM s'adresse aux paysans mexicains avait d'ailleurs de forts relents de propagande. Sans parler de la mise en scène où l'auteur se donne en permanence le rôle du chevalier blanc. Bref, ça m'a laissé comme un drôle d'arrière-goût. Si des arguments rationnels et pertinents existent, pourquoi utiliser des procédés aussi douteux ?

C'est pourquoi j'ai eu la curiosité de "googler" à mon tour le nom de l'auteur de ce fameux reportage. Il se trouve que c'est cette même personne qui a réalisé le reportage "voleur d'yeux", sur d'horribles trafics d'organes, qui avait fait beaucoup de bruit à l'époque, et qui en a refait un peu plus tard pour une autre raison...  Un des arguments du "monde selon Monsanto", et que si une firme trempe dans des affaires louches, on ne peut plus lui faire confiance. Jamais. Apparemment le milieu médiatique n'applique pas la même intransigeance à ses membres.

Enfin, google m'a mené
sur le site de l'AFIS, qui démonte l'argumentaire de Marie-Monique Robin sur des points très précis, et transforme certains des doutes qui m'avaient envahis en certitude que les responsables des chaînes de télévision, y compris du service public, manquent singulièrement de sens critique. Ou alors a-t-on volé leurs yeux ? 

MAJ : voir également ce lien. On y apprend que le film de Mme Robin sera diffusé à l'Assemblée Nationale le 31/03....

Voir les commentaires

Jean-Marie Pelt ne va pas mieux...

2 Mai 2007, 19:10pm

Publié par Fabien Besnard

Dans la rubrique "c'est bon de rire parfois", j'ai pris hier matin une émission en cours sur Europe 1. Jean-Marie Pelt, le botaniste mystique, répondait par téléphone aux questions de Jacques "Roswell" Pradel. Je cite de mémoire : "le problème c'est que la biologie classique réduit les choses à des molécules, alors que la physique quantique nous apprend que les atomes sont aussi des ondes ! Donc une plante, elle vibre aussi sur un plan énergétique, et ça il faut le prendre en compte. D'ailleurs je vous livre une information : Boris Eltsine était suivi par un médecin quantique !"

Hmm, ça donne envie. Et la vodka à l'herbe de bison, c'était de la phytothérapie ?

Voir les commentaires

Des nouvelles de l'autre monde

14 Novembre 2006, 22:06pm

Publié par Fabien Besnard

En cherchant un article hier je suis tombé sur la page du mathématicien Alexander Levichev. Certains liens m'ont intrigué, comme "role of tachyonic", "modelling consciousness", ou encore "DLF". Ce dernier mérite le détour : on y apprend que lorsqu'on meurt on va dans l'espace-temps L des solutions en ondes planes des équations d'Einstein. Franchement, s'il n'y a pas du vin et des filles est-ce que ça vaut vraiment le coup ?

Voir les commentaires

L'affaire Bogdanoff : épilogue ?

13 Septembre 2006, 10:06am

Publié par Fabien Besnard

La plainte que les frères Bogdanoff avaient déposée contre le magazine Ciel et Espace (dont l'article reprenait pour l'essentiel ce qui était écrit) vient d'être jugée irrecevable, et les jumeaux condamnés aux dépens. 

Voir les commentaires